L'homme de kennewick est un amérindien

×
Information
Ce forum est privé. Vous ne pouvez pas poster de message.
L'avatar de El Coyotos
El Coyotos
Administrateur
El Coyotos El Coyotos El Coyotos
Inscription : 02 juillet 2003
Dernière visite : Hier
Message posté : 2172
Sujet ouvert : 233
Connecté : Non
Site : .arizona-dream.com
Localisation : Quelque part dans l'univers ...
Loisir : Technologies liées à l'internet, voyages ...
Récits de voyage : Dirt road - Ouest américain

L'homme de kennewick est un amérindien

21 juin 2015 à 10:38:53 par El Coyotos

L'homme de Kennewick est un Amérindien

Etats-UnisLe squelette vieux de 8500 ans trouvé en 1996 dans l'Etat de Washington aux Etats-Unis est celui d'un ancêtre des populations indigènes de la région.

homme de Kennewick

Des analyses génétiques de chercheurs des universités de Zurich et de Copenhague ont permis de le certifier: le squelette vieux de 8500 ans est celui d'un ancêtre des populations indigènes de la région.

Les ossements avaient été découverts par hasard sur les rives du fleuve Columbia, au Nord-Ouest des Etats-Unis. Le crâne présentant des caractéristiques de type caucasien, les experts ont supposé qu'il n'était pas apparenté aux populations autochtones actuelles, mais pouvait faire partie d'une vague d'immigration antérieure venue du Japon ou de Polynésie, voire d'Europe.

Les indigènes de la région par contre prétendaient que ce «Kennewick Man» était un de leurs ancêtres directs et exigeaient la restitution immédiate et l'inhumation de la dépouille. Les analyses ADN, publiées jeudi 18 juin dans la revue «Nature», viennent de leur donner raison.

Milliers de fragments d'ADN

Après des années de controverses et de batailles juridiques, Eske Willerslev, du Centre de géogénétique de Copenhague, et Christoph Zollikofer, de l'Institut d'anthropologie de l'Université de Zurich, ont prouvé que l'homme de Kennewick est un proche parent des autochtones qui vivent encore aujourd'hui non loin du lieu de la découverte. Ils ont pu écarter une parenté plus proche avec d'autres populations hors des Amériques.

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont comparé des milliers de fragments du génome de «Kennewick Man» avec des données génétiques de personnes vivant actuellement dans le monde entier ainsi qu'avec celles de squelettes trouvés sur d'autres sites archéologiques.

L'homme en question est bel et bien un représentant précoce de la première et probablement unique vague de colonisation des Amériques, écrit l'Université de Zurich dans un communiqué.

Via le détroit de Béring

Les analyses ont également montré à quel point des investigations menées uniquement sur les caractéristiques d'un squelette peuvent conduire les experts sur de fausses pistes. Les différences morphologiques entre deux individus d'une même population peuvent être plus importantes qu'entre deux personnes de populations distinctes. La structure de milliers de gènes, par contre, livre des indices clairs sur les liens de parenté.

L'homme de Kennewick est un des plus anciens squelettes découverts en Amérique. Il portait une pointe de lance enfoncée dans le bassin, cause probable de sa mort.

La théorie généralement admise est que les premiers peuples du Nouveau Monde y sont parvenus d'Asie via le détroit de Béring il y a plus de 11'500 ans. Cependant, des indices de populations antérieures se sont accumulés ces dernières années.

Source : www.24heures.ch

puceQue tes pas marchent dans la beauté. Proverbe Navajo
Les modérateurs sont là pour vous aider : El Coyotos
Coucou, c'est nous, les cookies !

Nous et nos partenaires stockons et utilisons des informations non sensibles sur votre appareil avec des cookies pour les finalités suivantes : l’amélioration de votre expérience utilisateur, la mesure d’audience du site, la promotion de nos contenus et l'affichage de publicités.

Ces cookies nécessitent votre consentement. Vous pouvez changer d'avis ou retirer votre consentement à tout moment via le lien "Cookies" en bas de page. Vos choix s'appliqueront sur ce site pendant 3 mois et nous ne vous solliciterons plus d'ici là.