Navigation

Leonard peltier, prisonnier politique aux usa depuis 40 ans

> > > > Leonard peltier, prisonnier politique aux usa depuis 40 ans

Depuis plus de 15 ans, Arizona Dream est un site totalement indépendant. L'ensemble des contenus est accessible gratuitement !
La publicité permet à Arizona Dream de payer les frais d'hébergement du site.

Si vous aimez nos guides et nos articles, vous pouvez nous soutenir en désactivant votre bloqueur de pub ou en nous mettant en liste blanche ! Merci !
L'avatar de El Coyotos
El Coyotos
Administrateur
El Coyotos El Coyotos El Coyotos
Inscription : 02-juill-2003
Dernière visite : Avant hier
Messages : 1841
Site : arizona-dream...
Localisation : Quelque part dans l'univers ...
Loisirs : Technologies liées à l'internet, voyages ...
Connecté : Non

Leonard peltier, prisonnier politique aux usa depuis 40 ans

17-févri-2016 à 18:20:53 par El Coyotos

Le 6 février 2016, à l’occasion des 40 ans de son incarcération, Leonard Peltier, prisonnier politique amérindien, membre de l’American Indian Movement, condamné à deux fois la perpétuité pour la mort de deux agents du FBI, adressait cette lettre de remerciement à ses soutiens.

Salutation amis, supporters et tous les peuples autochtones

Que puis-je dire que je n’aie pas dit auparavant ? Je pense que je peux commencer par dire à bientôt à ceux qui sont morts dans cette dernière année. Nous, autochtones, n’aimons pas mentionner leurs noms. Nous pensons que si nous les nommons, cela perturbe leur voyage. Ils pourraient perdre leur chemin et leurs esprits erreraient pour toujours. Si trop de personnes les appellent, ils tenteront de revenir. Mais leurs esprits savent que nous pensons à eux, aussi je dirai seulement « bon voyage et j’espère vous voir bientôt. »

Le 6 février marque les 40 ans de mon emprisonnement ! J’ai 71 ans et je suis toujours dans un pénitencier de sécurité maximum. À mon âge, je ne suis pas sûr qu’il me reste beaucoup de temps. J’ai gagné entre 4 et 5 ans pour bonne conduite que personne ne semble vouloir reconnaître. Ça ne compte pas, je suppose ? Et quand on m’a précisé la durée moyenne d’une condamnation à vie avant une libération sur parole, c’était 7 ans. Cela signifie donc que j’ai effectué presque 6 condamnations « à vie » et que j’aurais dû être libéré sur parole il y a très longtemps. Il y a ensuite la libération d’office après avoir effectué une peine de 30 ans. J’ai dépassé cela de 10 ans. Le gouvernement n’est pas supposé changer les lois pour vous garder en prison, EXCEPTÉ si vous êtes Leonard Peltier semble-t-il.

Désormais, on me dit que je serais détenu à la prison de Coleman 1 jusqu’en 2017 où ils décideront si je peux rejoindre une unité de moyenne sécurité – ou PAS. Mais, voyez-vous, j’ai été classé prisonnier à détenir en moyenne sécurité depuis au moins 15 ans. Et les règles du bureau des prisons stipulent que les détenus âgés doivent être détenus dans un environnement, une unité pour prisonniers moins dangereux. Mais PAS si vous êtes Leonard Peltier je suppose.

Ainsi que vous le savez, l’histoire de ma demande de grâce est longue. Ma première demande a été à Jimmy Carter. Il l’a rejetée. Ronald Reagan avait promis à Mikhail Gorbatchev que je serais libéré si l’Union soviétique libérait un prisonnier, mais Reagan n’a pas tenu son engagement. George H.W. Bush n’a rien fait. La demande suivante fut auprès de Bill Clinton. Il a quitté ses fonctions sans prendre aucune décision alors que la procureure chargée des grâces avait enquêté pendant 11 mois (ordinairement cela prend 9 mois) et nous avait informés qu’elle avait recommandé la grâce. George W Bush avait rejeté cette requête en 2009. Et dans toutes ces demandes de grâce le FBI est intervenu malgré des décisions exécutoires. C’est aussi illégal qu’il est possible !!

Aujourd’hui, je suis face à un autre dilemme. Je souffre d’un anévrisme aortique abdominal (AAA). Il est de la taille d’une pile AAA. Le médecin m’a dit que s’il éclate, je peux saigner à mort. Il est aussi tout près de ma colonne vertébrale et je pourrais me retrouver paralysé. La bonne nouvelle est que c’est curable et que l’opération réussit dans 96 à 98 % des cas.
MAIS je suis dans une prison de sécurité maximum. Nous ne sommes pas traités sauf à la dernière extrémité.


Alors que le Président Obama accomplit la dernière année de son mandat, j’espère qu’il continuera à se battre pour remplir ses promesses et ira plus loin dans les progrès que son administration a accomplis en travaillant en partenariat avec les Peuples Premiers. Cela me donne de l’espoir, le fait que ce Président a travaillé dur pour établir une relation de confiance avec les Nations tribales. Avec VOTRE appui, je crois qu’Obama aura le courage et la conviction de commuer ma peine et de me renvoyer chez moi auprès de ma famille.


Si je me retourne sur les 40 années d’efforts en mon nom, je suis bouleversé et très humble. Je voudrais dire merci à tous mes supporters qui ont cru en moi pendant toutes ces années. Certains d’entre vous depuis le début. Vous avez veillé à ce que j’ai des livres à lire, de l’argent pour que je puisse acheter ce dont j’avais besoin pour être aussi confortable qu’il est possible dans un tel endroit. Vous avez aussi fait des dons à mon comité de défense afin que nous puissions continuer à nous battre pour ma liberté. Vous avez travaillé dur – et vous continuez – afin de répandre l’information sur ce qui est aujourd’hui connu comme la plus scandaleuse détention de l’histoire des États-Unis. Il y a des gens de cœur dans ce monde, et vous en faites partie. Je suis désolé de ne pouvoir continuer à répondre à toutes vos lettres. Mais merci pour l’amour que vous m’avez témoigné. Sans cela, je n’aurais jamais tenu le coup aussi longtemps. J’en suis certain.


Je pense que mon incarcération, les violations constitutionnelles dans mon affaire, les fautes du gouvernement dans l’instruction de mon cas sont bien plus importantes que juste ma vie ou ma liberté. Je sens que chacun d’entre vous, qui avez combattu pour ma liberté, a été une part d’une plus vaste lutte des Peuples autochtones – pour le respect des traités, pour la souveraineté, et pour notre survie même. Si je devais être rappelé à la maison, n’abandonnez pas notre lutte.


Dans l’Esprit de Crazy Horse…
Doksha, Leonard Peltier
Traduction Dee Brooks

Voir l'article Comment aider Leonard Peltier

Source : nvo.fr

Que tes pas marchent dans la beautée. Proverbe Navajo
Le récit de mon premier voyage dans l'ouest américain: 21 jours Arizona et le Nouveau Mexique ainsi que le Colorado et l'Utah

 Les modérateurs sont là pour vous aider : El Coyotos

Top