Navigation

> > Publier vos récits de voyage > Trois semaines de San Francisco à Minneapolis via la Loneliest road in America

Récit de voyage Usa : De San Francisco à Minneapolis via la Loneliest road in America. Californie, Nevada, Utah, Wyoming, Nebraska, Dakota, Minnesota.

> > Publier vos récits de voyage > Trois semaines de San Francisco à Minneapolis via la Loneliest road in America

I SURVIVED ! De San Francisco à Minneapolis via la Loneliest road in America. Californie, Nevada, Utah, Wyoming, Nebraska, Dakota, Minnesota

1er jour : 11 juillet 2013 : ROISSY - SAN FRANCISCO - SACRAMENTO

Après plusieurs mois de temps maussade en France et des températures nettement inférieures à la normale, le soleil commençait enfin à apparaître sur Roissy en ce début juillet, avec un bon 25°C fort agréable. Embarquement et départ vers San Francisco. Notre arrivée était prévue vers 13h00 et c'est à l'heure que les roues de notre boeing 777 ont touché la piste sous un ciel bleu vif sans aucun nuage, ... mais avec seulement 17°C !

Passage rapide au contrôle de police, puis récupération de la voiture chez notre loueur. Chouette ! double sur-classement.

14h00 : Départ pour West Sacramento, lieu de notre première nuit. Une petite centaine de miles (155Km) à parcourir sur l'interstate I-80. Je pensais mettre moins de 1h30mn mais ce sont finalement 3 heures qui seront nécessaires. La traversée du golfe de San Francisco par le Bay Bridge ne fut pas chose simple en terme d'embouteillage malgré les 4 ou 5 voies par sens. A West Sacramento il fait plus de 30°C .... surprenante cette différence de température avec San Francisco située à moins de 100 miles. Du coup avec une telle température et la fatigue du voyage on dîne simplement dans un restaurant thaï et nous voilà au lit vers 20h00 avec un bouquin ! En France c'est déjà demain, les plus courageux se lèvent déjà.

12 juillet : WEST SACRAMENTO - VIRGINIA CITY, NV

Départ vers 8h00 pour 250Km sur l'us50 :"the loneliest road in america".

On laisse l'interstate pour une route beaucoup plus sympa. Premiers massifs montagneux avec la traversée de la Sierra Nevada. La moitié du parcours s'effectue en forêt. Paysages superbes sur une route calme et bien roulante. Cela nous change des bouchons de la veille. Peu à peu la circulation se densifie et puis la forêt se dégage devant nous : on arrive sur la rive sud du lac Tahoe. Le lac est toujours aussi bleu et le coin toujours très agréable sous les conifères. Le temps est splendide depuis San Francisco. Le Lac Tahoe est un coin très touristique et il y a pas mal de monde. Ce n'est pas simple de trouver de quoi garer la voiture gratuitement au bord du lac. Nous faisons quand même une halte pour apprécier cette étendue bleue.
Mais il faut poursuivre.

Nous longeons la rive Est du lac à travers la forêt jusqu'à Glenbrook. Nous sommes maintenant au Nevada et peu après, l'us50 quitte le lac Tahoe pour s'orienter vers la capitale de l'état : Carson City. Peu d'intérêt pour cette ville à l'exception du musée de l'Union Pacific Railroad que nous avions visité à l'occasion d'un voyage précédent. Le personnel du musée est constitué de bénévoles retraités du chemin de fer.

Une dizaine de miles plus loin nous quittons l'us50 pour grimper vers Virginia City que nous atteignons 10 minutes plus tard, il est midi. Ancienne ville de chercheurs d'or, certes, de caractère touristique, mais qui mérite d'être vue. La preuve, c'est notre deuxième passage ici et nous voulions y retourner. Deux routes parallèles : l'une en hauteur, désertique (c'est là que se trouve notre gîte) et l'autre 20 mètres en contrebas, c'est la route principale avec ses casinos, boutiques, bars et restaurants, tout ça dans une ambiance western.

Il fait toujours très chaud et on boit sans arrêt. On flâne sur la route principale, une petite pause à l'ombre pour un spectacle de cow boy avant de chercher un restau pour déjeuner. Ce n'est pas ce qui manque ici, contrairement aux hôtels. Penser à réserver si vous souhaitez y passer une nuit.

Au restaurant la discussion avec les tables voisines s'engagent rapidement chacun voulant savoir d'où nous venions. Un jeune américain en attente de son plat, confectionne une rose en papier avec sa serviette et la remet à ma femme en guise de cadeau de bienvenue. Geste rare et peu connu chez nous, mais très apprécié !

Notre plat nous est servi pour une poignée de dollars. Nous sommes en terrasse avec une superbe vue sur la vallée. Un train à vapeur évolue quelques centaines de mètres plus bas, corne hurlante en entrant en gare. Une vraie ambiance de western. Serait-ce un film ?

L'après midi est consacré à arpenter la rue principale en flânant dans les boutiques et casinos. Si vous y allez, ne ratez pas la visite du Pioneer Emporium, boutique tenue par un français qui s'est spécialisé aussi dans la confection de superbes chapeaux.

Nous rejoignons notre gîte pour nous installer et faire une petite pause bien méritée en attendant le dîner. Nous avons choisi le restaurant chic et réputé du gîte. C'est le meilleur du coin paraît-il. C'est vrai qu'on y a bien mangé et on en garde un bon souvenir même si ce sera notre plus cher restau des 3 semaines de séjour.

13 juillet : VIRGINIA CITY, NV - EUREKA

Ce matin super petit déjeuner spécialement préparé pour nous par notre hôte. Il fait déjà bon et nous déjeunons à l'extérieur. C'est un repas complet à la mode américaine qui nous est servi. Tout est fait maison. Délicieux. Du coup le départ est retardé mais on ce n'est pas important nous n'avons pas d'heure. Aujourd'hui 390 Km au programme, sur l'us50.

The Loneliest Road in America

L'us50 est baptisée la route la plus désertique des Etats-Unis "The Loneliest Road in America". Et bien je confirme, même si je ne connais pas toutes les routes malgré mes 40.000 Km déjà parcourus au volant aux states. De grands espaces désertiques, de très très longues lignes droites sans voiture ni devant, ni derrière. Nous croisons parfois quelques rares véhicules et quand nous nous arrêtons nous nous apercevons qu'il y a quand même une, deux, puis trois voitures qui nous suivaient ... l'effet régulateur de vitesse amplifie la sensation de se sentir seul.

Pony Express trail

La route suit le Pony Express Trail. Pony Express qui livrait le courrier à cheval entre l'EST et l'OUEST. Plusieurs sites le long de la route rappellent et expliquent cette phase de l'histoire américaine. Quand on voit le paysage vallonné avec de multiple petits canyons on se demande comment ils faisaient pour traverser ces contrées au galop, et en plus dans un milieu hostile. Pas étonnant qu'il fallait être orphelin, sans famille, pour pouvoir effectuer ce travail car les chances d'y laisser sa vie n'étaient pas négligeables.

Nous voilà à EUREKA au centre du Nevada. Mais qui peut vivre ici ? Que font les gens qui habitent là ? Bien que la route soit désertique ce sont 4 voies qui traversent la ville sur environ 200 mètres de long. J'ai l'impression que nous avons réservé notre chambre dans le seul hôtel existant ici, au demeurant très confortable avec un super king size bed. La fin d'après midi est consacré à la visite de la ville. Le thermomètre affiche toujours une trentaine de degrés malgré l'altitude (près de 2000m).

Etonnamment il y a un opéra ... le programme est affiché : il y a au moins une représentation par mois. Les spectateurs doivent faire plus de 100Km pour y assister ... un autre monde ! Les bâtiments en briques rouges sont d'époque (1886) et entretenus.

A 50mètres de là, un musée ! Tiens c'est ouvert. On entre, une dame nous accueille. C'est gratuit. On visite. Il s'agit en fait d'une ancienne imprimerie : vieux journaux, vieux calendriers, vieilles machines, vieux rouleaux encreurs, tout y est. Et en plus c'est climé ... on respire .... on se cultive dans un endroit désertique. On discute (comme on peut, in english) avec la dame et je lui demande si elle ne s'ennuie pas et si elle voit du monde ? Elle me répond qu'il y a du monde qui visite le musée ... par exemple aujourd'hui il y a eu affluence : 7 personnes sont venues ! Je vous le disais, ici nous sommes dans un autre monde. On lui achète (ben oui, il y a une boutique au musée !!) des fioles avec quelques onces d'or pour moins de 10 dollars les 5 en guise de souvenir. Elle nous dit que c'est fragile et si on casse il faut lui envoyer un mail à notre retour en France (elle nous donne sa carte avec son adresse). Elle nous remplacera gratuitement les fioles cassées en nous envoyant les nouvelles en France par courrier sécurisé !! UN AUTRE MONDE que je vous dis !

En rentrant à l'hôtel on s'arrête pour acheter 3 boites plastiques pour les glaçons et les produits à garder au frais la journée. Coût 3 dollars ... pas onéreux cet achat qui nous servira de glacière. On a ramené les 3 boites en France !

14 juillet : EUREKA, nevada - SPRINGVILLE, utah

Départ de bonne heure. Pas de presse mais on est réveillé et il fait jour avec toujours un ciel parfaitement bleu et une température agréable mais qui va vite grimper. Au programme 500 Km, visite de Great Bassin NP, et arrivée dans l'Utah.

Sur cette highway us50 nous aurons franchi une vingtaine de cols en évoluant sans arrêt entre 2000m et 3000m d'altitude. Bien évidemment tout ça est incomparable avec ce que nous connaissons chez nous. La route est cool, large, et serpente entre les monts. La vue est infinie et finalement différente au fil des kilomètres. Nous pouvons sans problème nous arrêter sur les parkings pour des photos et contempler le paysage à perte de vue. De temps en temps les usagers de cette route laissent des messages sur des panneaux en signant leurs observations ou salutations, exemple: "13juillet 13h30 un Elk s'est approché de nous à cet endroit", ou encore "salut à tous les français", etc ...

L'hiver doit être rude ici : sans arrêt la signalétique impose l'installation de chaînes, puis leur désinstallation une fois chaque col franchi. Des barrières en bois longent la route pour éviter la formation de congères. Mais pour nous la situation est différente puisque le thermomètre est toujours au delà des 30°C. Difficile d'imaginer la situation hivernale d'autant plus qu'on n'a vraiment pas l'impression d'être si haut. Haut ? oui, mais on montera encore plus haut en parcourant la route de Great Bassin NP.

L'entrée du parc et la visite sont gratuites. Avec le monde qu'il y a sur la route, j'ai le sentiment qu'ils n'auraient de toute façon pas fait fortune ! Mais il y a quand même 3 ou 4 voitures sur le parking. Qui dit gratuit ne dit pas absence de service. On y trouve la même chose que dans tous les parcs nationaux (visitor center, rangers, explications, vidéo, et toutes commodités).

A partir de là nous avons vu tous les jours des animaux sauvages biches, cerfs, etc ... en totale liberté, bien sur. D'où la grande vigilance au volant pendant les 15 jours qui ont suivi car à plusieurs reprises le gibier s'est présenté devant le capot, par chance pour moi, à distance suffisante pour l'éviter. Ce n'est pas le cas de tous, puisque de nombreux cadavres de biches gisent sur le bas-côté de la route ... triste constat qui témoigne cependant de l'affluence d'animaux sauvages dans un milieu où l'homme est peu présent.

A propos d'animaux, j'ai appris que si on tue une vache sur la route dans les secteurs où elles sont en totale liberté (les "open range") on devait la payer au propriétaire ... en plus des frais de réparation de la voiture ... bonjour la facture ! A Springville (ut), rien de particulier. Ville située sur l'I-15, typiquement américaine avec le classique quadrillage de routes entourant des bâtiments d'époque formant blocs.

15 juillet : SPRINGVILLE - VERNAL

Petite étape de 280 Km pour se rendre chez les dinosaures. Et OUI, à Vernal, les dinosaures sont encore présents ! Pas très vivaces mais on les voit partout.

Le temps est toujours superbe et les paysages sur la route sont magnifiques avec des canyons de part et d'autre de Vernal sur l'us191. Nous arrivons en fin de matinée ce qui nous laisse le temps de faire une première visite de la partie Ouest du Dinosaure National Monument.

Comme d'habitude les choses sont bien faites et je suis agréablement surpris de la qualité de ce parc tant par les paysages avec la Green River qui serpente entre végétation et colline, que par l'intérêt des présentations sur les dinosaures au Visitor Center et dans le bâtiment annexe. C'est incroyable de découvrir tous ces fossiles rassemblés naturellement dans un même lieu. Le site a été recouvert d'un bâtiment afin de protéger fossiles et de permettre au public de les apprécier. Les rangers sont là pour nous expliquer si besoin.

Nous reprenons la voiture pour suivre la route du parc qui longe la Green River. Petite pause et baignade dans le fleuve à côté de la rampe d'accès des canots pour le rafting. Un troupeau de Bighorn Sheeps broute sur la berge. Puis une biche traverse le fleuve à la nage et disparaît dans la forêt à quelques mètres de nous.

Le lendemain sera consacré à la partie Est du parc. Celle-ci est totalement différente de la partie Ouest. Ici ce sont de grands espaces plus vallonnés à perte de vue. In finé je trouve cette partie moins intéressante que celle de la veille.

17 juillet au 19 juillet: VERNAL - LARAMIE - MORILL - HILL CITY

Après les 2 nuits passées à Vernal, la suite du parcours se déroule normalement pour rejoindre le Dakota du sud. Nous commencerons par une halte sur de superbes et spectaculaires points de vue sur la Green River dans Flaming Gorge (arrêtez-vous au visitor center du barrage sur l'us191).

Puis nous ferons 2 étapes intermédiaires, Laramie (Wyoming) et Morill (Nebraska), en suivant l'Oregon Trail (chemin suivi par les pionniers). Je vous conseille la petit parcours gratuit de l'Oregon Trail Ruts à Guernsey qui permet de bien se rendre compte des difficultés qu'on subit les pionniers cherchant à gagner l'Ouest en autre pour se frayer un passage à la dynamite dans les rochers !

Fort Laramie

Nous ne raterons pas la visite de Fort Laramie. Celle-ci est très agréable, commentée si vous le souhaitez ou libre. Quel que soit votre choix c'est gratuit. Vous avez déjà payé l'entrée du parking (5 dollars). Les rangers présents en costume d'époque répondrons à toutes vos questions. Cela donne un très bon aperçu d'une période de l'histoire américaine et de la vie à cette époque notamment sur les relations avec les amérindiens. Attention aux rattle snake (crotale ou serpent à sonnettes).

A Morill nous avons pu découvrir la façon dont sont diffusés les messages d'alerte météo. En effet :20h30 interruption du programme TV; écran noir; puis message d'alerte indiquant l'arrivée imminente d'un orage violent, sa localisation (15 Km au Nord), sa vitesse déplacement et sa direction ... bref tout pour savoir quand on allait le prendre sur la tête et à quoi s'attendre : gros dégats prévus sur personnes, voitures, toitures ... se mettre à l'abri, éviter les étages, etc... glaçons de 8cm de diamètre !! Les émissions reprennent avec un bandeau défilant en bas de l'écran, un gong se fait entendre quand le texte repart au début indiquant l'évolution du phénomène. Mise à jour en temps réel. In finé l'alerte est levée à 20h55 sans causer de dégâts là ou nous étions .... ouf ! ça craignait pour la voiture de loc à l'image des dégats que nous avons pu voir le lendemain à la TV à quelques kilomètres de là: toitures de maison défoncées, voitures bosselées avec pare-brise éclaté, etc ...

Mammoth Site de Hot Springs

La route reprend et avant d'arriver à Hill City (South Dakota) nous faisons une halte au Mammoth Site de Hot Springs. Encore une visite qu'on ne trouve pas par chez nous. Le site de fouilles est encore en activité. Un bâtiment a été, là aussi, construit autour du site pour le protéger. Les visiteurs parcourent un sentier aménagé, en bois, dans le bâtiment et peuvent ainsi profiter des nombreux fossiles de mammouths présents et découvert par les paléontologues qui s'activent sous vos yeux. Encore une visite culturelle intéressante. Nous profitons de cette halte pour prendre un repas dans un restaurant vraiment bon marché à la sortie de Hot Springs et en plus on y mange bien ..... enfin si vous trouvez une table car il y a la queue.

Nous arrivons à Hill City. Petite ville bien sympathique même si un peu touristique car parfaitement située dans les Black Hills, proche de tous les sites à voir. Les Black Hills doivent leur nom aux Lakotas qui ont baptisé cette région en référence aux conifères qui donnent un aspect sombre aux collines. Pour les Lakotas, les Black Hills restent une terre sacrée qu'ils revendiquent toujours.

19 au 24 juillet : HILL CITY

Nous resterons 4 nuits à Hill City pour rayonner dans le secteur.

Mont Rushmore

Le premier soir son et lumière au Mont Rushmore. Enfin, son et lumière c'est un bien grand mot. Juste une projection vidéo de 20mn sur les 4 présidents dont la tête est taillée dans la montagne (vidéo sous-titrée en anglais ce qui facilite un peu la compréhension) et un éclairage par projecteur des têtes à la nuit tombante. Mais finalement c'est intéressant d'assister à ce show à l'américaine. Appel sur la scène, des GI's et vétérans présents dans le public, descente des couleurs, hymne américain et standing ovation du public envers les soldats. Etonnant à voir. On a bien fait de venir ce soir là plutôt que la journée.

Le lendemain visite de Custer State Park en voiture. Nombreux animaux (bisons, cervidés, chiens de prairie, etc ...). Plusieurs lacs où il fait bon de se baigner ou de naviguer en canöé. Il y a 3 boucles à faire dans le parc chacune ayant son attrait : la faune, la flore ou de superbes paysages.

Au retour halte au Crazy Horse Monument mais nous resterons à l'entrée car le tarif d'entrée nous semble prohibitif, et à priori sans plus d'intérêt que ce que l'on voit déjà. Cela nous paraît suffisant (on voit bien).

Wounded Knee

Du temps sera aussi consacré à la visite des villes environnantes ainsi qu'à un parcours aller et retour en train d'époque à travers les Black Hills entre Hill City et Keystone. Je n'oublierai pas non plus le tour en voiture jusqu'à Pine Ridge, et Wounded Knee. Avec son simple panneau de bois rappelant le massacre des indiens, Wounded Knee m'a un peu déçu. Je pensais y trouver un peu plus de détail sur le récit des faits historiques du 29 décembre 1890 (massacre de 300 indiens dont nombreux enfants et femmes) et éventuellement un musée. Un musée il y en a un mais vraiment hyper pauvre, succinct, minuscule, peu entretenu, et sans grand intérêt avec toutefois quelques affiches et quelques citations indiennes. Une malheureuse lakota vend des tee-shirts à l'effigie du Chief Fire Lightning avec en référence (je cite) l'holocauste des amérindiens. Même constat au cimetière mal entretenu (présence de déchets) et prétexte à mendicité. Bref grosse différence entre des sites américains commémorant des événements et celui-ci. Pour la mémoire c'est dommage de laisser le site tel que. J'ai acheté un tee-shirt et laissé quelques dollars aux jeunes Lakotas présents.

Le retour s'effectue par la partie Sud des Badlands. Un pique-nique ou une petite fête se déroule à l'entrée avec des indiens costumés. Des objets d'artisanat nous sont proposés sans insistance sur les stands étalés autour du visitor center du parc. C'est l'occasion pour nous de faire aussi une pause casse-croûte et de prendre quelques photos. On reprend la route qui se transforme rapidement en piste poussiéreuse, mais ça roule bien.

24 au 28 juillet : DEADWOOD

Deadwood

DEADWOOD: escale motivée par la série TV du même nom que nous avions vue, qui fait référence à une phase de l'histoire américaine sur les chercheurs d'or de la fin du 19ème siècle (1878). Là aussi il y a des touristes mais finalement en nombre limité. Nous avons choisi un hôtel en plein centre ville. Bon choix pour se balader le soir, certes un peu plus cher, mais beaucoup plus pratique quand on reste plusieurs nuits. Le parking est gratuit (en centre ville, inclus dans le prix de la chambre).

Le centre (la vieille ville) n'est pas grand, mais dispose de nombreux restaurants assez typiques dont l'accès n'est pas toujours facile à trouver, et cela, même quand nous sommes dans le bâtiment où il se trouve ! L'estomac criant famine, nous y arrivons quand même. Et nous avons bien mangé à Deadwood. Sinon que faire à Deadwood :

Musee Tatanka
  1. Visite guidée de la mine d'or à l'entrée de la ville (conseillée)
  2. Visite des saloons et notamment le n°10 où Bill Hickock s'est fait descendre avec sa double paires en main (appelée depuis par les fans de poker : la main du mort). Quelques animations cow-boy dans le saloon et/ou sur la route ... ça occupe.
  3. Visite du vieux cimetière sur la colline avec les tombes de Wild Bill Hickock, Calamity Jane et de nombreux autres personnages dont la vie est relatée dans la série TV tel que Sed Bullock, etc...
  4. Visite du musée "Tatanka" (bison en Lakota). Musée créé par Kevin Costner sans doute à l'occasion du film Danse avec les loups qui a été tournée pas loin. Il s'agit d'un petit musée agréable avec de jolies sculptures de chasse aux bisons par les indiens. J'ai pu échanger des propos bien sympathiques avec un Lakota (personnel du musée).
  5. Rodéo, comme d'habitude toujours très animé et très western, mais qu'est ce qu'ils prennent les cow-boys surtout sur les bulls. Pas facile de prendre des photos !
  6. Petit circuit en voiture par Spearfish Canyon, Sturgis (rendez-vous annuel des Harley de la semaine suivante... une dizaine de barnums dressés à l'occasion avec moult produits Harley à vendre) et Devil Tower (lieu de tournage du film Rencontre du 3ème type). Au delà de la référence cinématographique de ce site, j'étais sceptique sur son intérêt. Et bien c'était une erreur. Cette montagne située en plaine est vraiment quelque chose d'étonnant. Il serait dommage de ne pas faire un petit détour pour s'y rendre si on passe à proximité. Devil Tower est un lieu sacré pour les indiens qui expriment régulièrement leur mécontentement face aux alpinistes qui l'escaladent en laissant leurs pitons. La formation de ce site est expliquée par une légende: des indiennes auraient été attaquées par un ours grizzli à cet endroit et la terre se serait soulevée formant la butte actuelle et protégeant ainsi les indiennes réfugiées au sommet. La preuve ? : les traces de griffes laissées par le grizzli en essayant d'atteindre le sommet et qui apparaissent sur les flancs de la butte :o))

Devils Tower National Monument

27 au 28 juillet : DEADWOOD - WALL

Badlands

Route rapide sur l'I-90 via un passage éclair par Rapid City. Les 200 Km sont avalés en 2h00 à peine et nous arrivons à l'entrée de la plus intéressante partie du Badlands National Park. Nous souhaitons prendre notre temps pour visiter ce parc national que nous ne connaissons pas encore, bien qu'ayant un aperçu de la partie sud quelques jours plus tôt.

Je m'attendais à quelque chose d'étonnant mais pas forcément de très jolie en référence au nom (mauvaises terres). J'avais tout faux. Les Badlands telles que nous les avons vues sous un beau soleil sont magnifiques. Que de photos superbes. Les sites sont aménagés de parcours pédestres en bois, sur pilotis, pour éviter les mauvaises rencontres avec les serpents à sonnettes (rattlesnake). A propos des rattlesnake depuis le début de notre périple nous sommes informés par affichage de leur présence afin de rester vigilant lors de nos balades. Il paraît qu'en cas de morsure les soins coûtent 10 000 dollars. On peut aussi se faire soigner pour 1 dollar mais dans ce cas on ne s'en sort pas ! Humour ou pas, c'est l'info que nous a transmise une commerçante américaine qui tenait un bazar de vieilleries d'époque. Nous lui avons acheté des plaques de voiture du Wyoming et elle nous a donné l'extrémité de la queue d'un rattlesnake (les sonnettes) ... c'est un trophée qui se vend un peu partout dans la région.

Rattlesnake

Revenons aux Badlands pour terminer notre journée. La parc dispose de nombreuses aires de stationnement, permettant de courtes balades et surtout de nombreuses photos. Ce parc entre dans mon top 5 ou 6 des parcs américains avec Yellowstone, Bryce Canyon, Death Valley, Canyon de Chelly et Monument Valley.

En fin de journée nous rejoignons Wall où notre chambre réservée à l'avance nous attend. J'avais lu que Wall était une étape obligatoire pour son WALL DRUG ! Je ne savais pas trop sur quoi j'allais tomber. Mais en effet le Wall Drug vaut le déplacement si on passe sur l'I-90. C'est un gigantesque centre commercial de boutiques style western et de restaurants. Inimaginable de trouver un truc pareil dans un endroit aussi désertique. On a l'impression que tous les gens dans un rayon de 50 Km se sont rassemblés ici. C'est vrai que la pub est présente à plus de 100 Km de là et presque tous les miles pour attirer les gens. Bref on y dînera correctement après avoir fait le tour général de tous les commerces de souvenirs et de fringues.

28 au 02 août : WALL-PIERRE-SIOUX FALLS-MINNEAPOLIS

La fin de notre circuit sera plus banal.

Nous avons bien fait de suivre le plus possible le Missouri pour apprécier les paysages de la vallée. Pour le reste ce sont des champs de maïs sans fin et à perte de vue sur plus de 300 Km de route. Peu d'intérêt à Pierre (capitale du South Dakota) ou à Sioux Falls.

Même chose au centre de Minnéapolis et Saint Paul. Le seul intérêt de ces villes jumelles est le Mall of America. C'est le plus grand mall des Etats-Unis et le seul où les produits sont vendus sans taxe. J'avais bien fait de réserver un hôtel en face du Mall car nous y avons passé 2 jours en attendant la voiture. Rien d'autre à faire. Le Mall est si grand que 2 jours n'étaient pas de trop, même sans profiter de la fête foraine et de ses 3 grands huit qui s'y trouvent.

Finalement avec l'hôtel qui proposait des buffets de petit déjeuner et dîner gratuitement (et oui, gratuitement !), plus les achats de fringues au prix défiant toute concurrence se fut l'étape idéale avant notre retour en France. Un bon souvenir même si Minnéapolis n'a aucun autre intérêt.

Pour terminer, et en guise de clin d'oeil, je remercie le Gouverneur du Nevada de m'avoir décerné le diplôme "I SURVIVED" signé de sa main. Ce diplôme récompense les grands aventuriers qui ont survécu à la "Loneliest Road in America" et cela au prix d'un grand courage et de beaucoup de ténacité. C'est une grande fierté pour moi, de faire partie du cercle restreint des survivants de la route US50.

I Survived

Top