Guide de voyage Ouest américain > Divers Usa > Publier votre récit voyage > Récit de voyage Usa : Florida dream, l'est américain

Récit de voyage Usa : Florida dream, l'est américain

Récit de voyage Usa : Florida dream, l'est américain

Introduction

Le budget présenté ne prend pas en compte les vols. Nous vivons au Texas, ce n'est donc pas très pertinent.

Avant-propos :
Ce voyage a été improvisé et préparé dans les 10 jours précédant le départ, au moment où nous avons décidé d'annuler notre voyage en France pour les vacances de noël. Par crainte que la situation sanitaire nous complique grandement notre retour aux USA pour la rentrée de janvier. Nous avons absolument tenu à éviter l'avion pour des considérations similaires. Il en résulte l'équivalent de trois journées de trajet sans intérêt, entre la Floride et Houston.
Conséquence de notre préparation tardive : il nous a été impossible de visiter Dry Tortugas NP car il faut forcément y accéder en avion ou bateau. Or, le Ferry n'avait plus de places disponibles, les avions étaient hors de prix et les seuls bateaux disponibles étaient consacrées à des visites plongées en pleine mer. C'est à dire qu'il fallait 18 ans minimum et une expérience de plongée en pleine mer datant de moins de 6 mois. Pas tout à fait notre cas.

La troupe :
Vincent & Marie-Laure : la quarantaine
Coralie : 6 ans & Tristan : 10 ans

Les JRP : Junior Ranger Program.
Ce sont des cahiers d'activités pour les enfants. Ils sont gratuits, chaque National Park a le sien et beaucoup de State Parks ont le leur (certains State Parks partagent le même cahier d'activité). Une fois que les enfants ont complété les activités requises correspondant à leur âge, il faut retourner voir un ranger (au Visitor Center par exemple). À ce moment les enfants prêtent serment de protéger la nature et de continuer à découvrir et faire connaître les parcs nationaux. Et ils reçoivent un badge (parfois un écusson en tissu, à coudre).
Les livrets sont scientifiquement solides et pédagogiquement bien conçus. Le genre d'outils dont rêve tout professeur de SVT. Et les enfants sont immensément fiers de leur collection de badges. Sans compter tout ce qu'ils apprennent en faisant les activités : Tristan est devenu incollable sur les différentes variétés de cactus.

 

Le trajet (uniquement la partie centrée sur la Floride) : G maps

Jour 1 Direction la Floride

Nous partons de bonne heure après avoir levé les enfants sans pitié. Objectif : ils devraient pouvoir dormir pendant une partie du trajet.
À midi, nous sommes en Louisiane et décidons de manger cajun au Tiger Café : bol de boudin, alligator et sandwich à la saucisse.
La décoration est un peu kitsch mais sympathique.

Reprise ensuite de la route jusqu'à l'hôtel.

Jour 2 Arrivée à DisneyWorld

Après un long trajet, nous arrivons à l'hôtel Disney World en fin d'après-midi.
Un gros quart d'heure plus tard, nous sommes à la piscine.

Le gigantisme de DisneyWorld est impressionnant : cela comporte pas moins de quatre grands parcs d'attraction. En raison de la pandémie, les places sont limitées. Les deux parcs le plus visités n'avaien plus de places vacantes : Disney Magic Kingdom et Disney Hollywood Studios. Mais c'est un mal pour un bien, car ce sont les deux qui ressemblent le plus à ceux de Disneyland Paris, que nous connaissons déjà. Nous avons donc jeté notre dévolu sur Disney Animal Kingdom : il a la particularité d'héberger un zoo et une réserve pour la préservation de certaines espèces en danger. En outre, c'est celui qui possède les attractions Avatar's Flight et Navy's River qui nous attirent beaucoup. Et les enfants ont vu (et revu) le film pendant le trajet de ces deux derniers jours.
Seulement, la première de ces attractions affiche généralement 3 heures de queue, et l'autre plus d'une heure. Il existe des tickets "prioritaires" mais il faut rajouter $60. Par personne. Et nous sommes quatre. C'est pourquoi nous avons décidé de séjourner dans l'hôtel Disney d'Animal Kingdom : ce n'est guère plus cher qu'un hôtel similaire en centre ville, cela nous évite un trajet supplémentaire et... cela donne l'accès au parc plus de 30 minutes avant l'ouverture officielle. Nous comptons profiter de cet accès prioritaire pour faire les deux attractions sus-mentionnées qui ont l'heur de se trouver dans le même coin du parc.

Bref, après la piscine nous visitons les lieux, pour le plaisir des enfants : ce n'est pas encore le parc, mais c'est déjà la fête. Et en plus, ils ont une animation Smore's qui fournira notre dessert.

Il reste le plus dur : se coucher tôt et s'endormir vite pour profiter au maximum de la journée de demain. En effet, nous voulons être au parc parmi les premiers !

Jour 3 Animal Kingdom

Lever à 6h. À 6h30, nous faisons la queue pour la navette. En théorie, le parc ouvre à 8 heures. À 9h, nous avons déjà réussi à faire les deux attractions du secteur Pandora. Et c'est vrai qu'elles sont toutes les deux fabuleuses, même si je n'irais pas jusqu'à dire qu'elles méritent d'y consacrer plus de 4 heures d'une unique journée à Disney.

Nous prenons maintenant notre temps : récupération des carnets "Wilderness" pour les enfants. C'est un peu l'équivalent des JRP : il y a des points de passage à visiter, des animations à faire, des questions à répondre. Et, à chaque fois, on obtient un autocollant pour valider l'étape. Nous prévenons les enfants qu'il sera illusoire de vouloir compléter entièrement le livret en une seule journée. Qu'ils devront accepter que ce livret reste incomplet.
Nous nous dirigeons ensuite vers la zone Africa. Notre planning est simple : parcourir les cinq zones en périphérie dans le sens horaire, pour terminer la journée sur la zone centrale où doit se dérouler le spectacle nocturne. Cela nous permet d'éviter des aller-retours chronophages ; de plus, dans ce sens, nous partons des zones les plus fréquentées pour progresser vers les zones les moins fréquentées au fur et à mesure que la journée avance. Donc, en route pour le safari. La météo est maussade, mais cela ne gâche pas notre plaisir !

 

Après une pause roborative et une courte randonnée pour voir certains animaux de plus près, nous prenons le train pour aller visiter la réserve. Coralie en profite pour participer à une animation pour apprendre à dessiner Pumba.

Nous nous rendons ensuite vers la zone Asia. Comme nous ne sommes pas intéressés par le spectacle des oiseaux (nous en avons déjà vu un certain nombre), nous profitons qu'une partie de la foule y soit pour faire les rapides de la Kale River. Nous cédons à un plaisir coupable, sur un pont, il y a un mécanisme qui permet de faire jaillir de l'eau des trompes des éléphants situés sur le parcours... et d'arroser les participants ! Puis, un petit trek pour voir les tigres et les dragons du Komodo.

Nous nous faisons une pause à Dinoland. Il y a une aire de jeux bienvenue où les enfants peuvent courir et se défouler un peu... ou prendre des pelles et creuser pour exhumer des "fossiles de dinosaures". Passage ensuite à l'attraction Dinosaur et arrivée sur l'île centrale.

Il est 16h40 et il ne manque que deux autocallants dans le livret des enfants. Les stands Wilderness ferment à 17h00. C'est donc en courant que nous faisons les deux derniers stands. Les livrets sont complétés in-extremis ! Et nous avons juste le temps de faire les dernières attractions avant le repas : les montagnes russes de l'Everest pour Tristan et moi ; le film en 3D sur la vie des fourmis pour Coralie et Marie-Laure. Coralie veut le refaire, donc nous y retournons tous les quatre.

Repas, puis spectacle, puis navette, puis nous reprenons la route jusqu'à Cocoa beach où nous attend notre hôtel. Sacrée journée.

Jour 4 Kennedy Space Center

Réveil de très bonne heure : 4h45. Objectif : voir le décollage de la fusée qui décolle de Cape Canaveral. Nous sommes à la plage à 5h.

Vous ne voyez rien sur la photo ? Nous non plus, on ne voyait pas à 50 mètres avec le brouillard :(

Retour à l'hôtel, rab de sommeil, petit déjeuner et en route pour la NASA.

Le Kennedy Space Center a quelques différences par rapport au Johnson Space Center de Houston, que nous connaissons très bien.
Premièrement, il est possible d'y faire certains entraînements astronautes sur simulateur. En réservant à l'avance, surtout en période de noël. J'ai réussi à obtenir trois tickets : deux pour "Mars walk" (pour Marie-Laure et Tristan) et un pour "Land and Drive on Mars" (pour moi, Coralie est trop jeune pour y participer). Et ça vaut vraiment le coup pour les amateurs de l'espace que nous sommes. Un petit conseil toutefois, si vous faites un jour "Land and Drive on Mars" : ne mangez pas juste avant. Vous me remercierez plus tard.

Deuxièment, il y a un espace pour enfants avec une aire de jeux très bien faite et un parcours pédagogique cosmique sous forme de missions. Pour cela, il faut prendre les badges "cosmic quest" lors de vos achats de tickets. C'est très bien pour permettre aux enfants de se dépenser... et aux adultes de se reposer. Il y a bien sûr de très nombreux spectacles et expositions à voir. Bien trop pour une seule journée, surtout avec les simulateurs. Je recommande aux amateurs ne connaissant pas déjà le centre de la NASA à Houston d'y consacrer deux journées.

Bilan, nous avons passé une super journée malgré le temps pluvieux, car l'essentiel se situait en intérieur. Heureusement pour nous, la météo du lendemain s'annonce bien plus radieuse.

Jour 5 Everglades - épisode 1 : à pied

Nous renonçons à l'idée de profiter un peu de la plage avant d'entamer nos quatre heures de route : il ne fait pas encore assez chaud. Nous allons en profiter pour passer plus de temps dans les Everglades. Deux courageux cyclistes sont déjà équipés : ils font un périple de quatre semaines vers le sud de la Floride où ils comptent ensuite attendre le printemps. Chouette programme pour de jeunes retraités.

Nous arrivons donc aux Everglades en début d'après-midi. Au Ernest F. Coe Visitor Center, nous obtenons les JRP et les conseils avisés.

Nous avons ensuite enchaîné les randonnées : Gumbo Lumbo Trail et Ahinga Trail à Royal Palm.

Pay-hay-okee Overlook.

Flamingo.

Et Mahogany Overlook, malgré la nuit tombée, car nous prenons trop de plaisir à randonner ici. Cela nous a permis de voir un ballet de lucioles. Féérique.

Jour 6 Overseas highway

Comme toujours, nous partons tôt : à 8h20, nous sommes déjà sur la route des Keys. C'est une route qui saute d'île en île jusqu'à Key West. Il y a 42 ponts à franchir. Et, il n'y en a qu'une seule route. Il est donc important d'éviter les bouchons, car le trajet dure trois heures lorsque la circulation est fluide.

La première partie de la route offre une vue desespérante : sur notre gauche la voie en sens inverse et les parapets des ponts nous empêchent de voir grand chose. Et à droite, nous longeons le ligne de pylônes électriques. Cela s'améliore un peu ensuite, mais après avoir été en Tasmanie à noël 2019, nous souffrons de la différence : le trajet aurait pu être magnifique.

Nous faisons une halte à Marathon pour visiter l'écomusée Crane Point Hammock. C'est une visite imprévue, mais puisque nous avons bien roulé et que cette île semble de taille importante, nous avons décidé d'en profiter. C'est un excellent choix pour ceux qui aiment la nature : la partie musée traditionnelle est réduite à la portion congrue, mais il y a un système de petits sentiers sauvages et entrentenus de toute beauté, jusqu'au point de vue final derrière la maison Crane. En revenant par le chemin qui longe la côte, nous profitons d'une piscithérapie gratuite.
Je ne sais pas si c'est vraiment efficace, mais en tout cas c'est bien agréable.

Repas, puis passage à l'office de tourisme de Key West. Tristan en profite pour faire une photo d'une biche endémique. Et nous prenons les conseils pour les plages à visiter : nous allons commencer par Smathers beach.

Smathers beach est une belle plage de sable fin. Mais il n'y a pas la moindre vague. Nous sortons néanmoins les planches ; nous les utiliserons pour faire du skim board, même si ce n'est pas leur destination habituelle.

Direction Higgs Beach. Il y a un ponton, une aire de jeux pour enfants et, surtout, un coucher de soleil grandiose. Dîner sur place.

 

Jour 7 De Key West à Miami beach

Programme du jour : visite de Fort Zachary State Park pour un combiné plage/site historique et retour vers Miami via le visitor center de Biscayne National Park.
Comme il fait bon, nous commençons par la plage : baignade, snorkeling (les coraux ne sont pas exceptionnels), jeux dans le sable... Douche, puis nous nous changeons rapidement pour visiter le fortin. Visite intéressante, mais pas indispensable.

Par principe, nous passons au point continental le plus au sud des USA. Pour ceux qui veulent poser devant la borne, il doit y avoir une bonne heure de queue... Nous nous contenterons de photographier la borne seule, entre deux groupes de touristes.

Nous reprenons la route et nous improvisons une halte roborative dans une des nombreuses Marina. Bonne pioche : l'accès ne paie pas de mine, mais l'endroit est situé à l'abri des bruits de la route dans un cadre très sympa. Et le repas très bon : pêche du jour succulente.

Nous arrivons à Biscayne National Park en milieu d'après-midi.
Le ranger qui gère les badges et les JRP est une vraie célébrité : il s'agit de Jim Maitland. Avec sa femme et ses deux enfants, ils constituent la seule famille à avoir visité TOUS les parcs et unités nationaux américains gérés par le National Park System. C'est à dire les 423 listés ici : liste. Ils sont même passés à la télé : Les Maitland.
Bref, les enfants bavent de jalousie devant les nombreux badges. La barre est haute, mais ils sont jeunes, ils ont encore une chance.

La distribution des cadeaux sera sobre et aura lieu au lit, à l'hôtel.

Jour 8 Lamborghini, Martini and bikini : that's Miami

Samedi 25 décembre. Pour éviter les mauvaises surprises dues à des fermetures pour le jour de noël, nous avons réservé une journée complète : combiné tour de Miami en bus à impérial ouvert, croisière dans la baie de Miami et Airboat dans les Everglades.

En arrivant au point de rendez-vous, nous apprenons que la partie "Everglades" n'aura pas lieu car c'est fermé le jour de noël (après vérification, le parc n'est pas fermé, c'est l'agence qui a décidé de libérer ses employés ce jour-là). Pour le remboursement au prorata, ce n'est pas possible car nous sommes passés par une tierce partie... Nous remplissons le formulaire et sommes avisés que cela pourrait prendre de 4 à 6 semaines.

La première partie de la visite de la ville en bus se déroule plutôt bien, le guide est intéressant et connaît très bien la ville, même si son mantra "Lamborghini, Martini and bikini : that's Miami" et le fait d'encourager les enfants à hurler chaque fois que nous passons sous un pont ne sont pas des plus subtils.

L'arrêt pour visiter le quartir cubain : "la petite Havane" est très intéressant même si la majorité des boutiques sont fermées.

 

La croisière en bateau m'a quelque peu déçu. La baie de Miami est bien trop urbanisée à mon goût. Et les ragots "people" du guide ne sont pas trop ma tasse de thé : savoir quel telle célébrité possède telle maison, qu'elle a acheté avec tel mari avant de divorcer pour se remarier avec tel autre...  Néanmoins, nous profitons du soleil et du plein air. Et le Mojito est bon.

Une fois à terre, nous filons prendre notre repas avant de visiter les environs. Nous nous sommes régalés. Au point de rendez-vous, nous attendons le bus qui doit nous ramener à l'hôtel. Au bout de 30 minutes de retard et après plusieurs coups de téléphone à l'agence, nous finissons par prendre un taxi pour rentrer, afin de sauver ce qu'il reste de la journée et permettre aux enfants (et aux adultes)  de profiter de la plage.

 
 

Jour 9 Big Cypress et Everglades - épisode 2 : en tram

Après une grasse matinée, nous arrivons au visitor center Oasis de Big Cypress. Les enfants valident rapidement les JRP et obtiennent deux badges : un pour Big Cypress et un pour avoir complété le trio Everglades National Park/Biscayne National Park/Big Cypress National Preserve.

Après déjeuner, nous nous mettons en route pour des petites randonnées dans les environs afin de pouvoir être de retour à Shark Valley à 3h30 pour notre tour guidé en tram.
Les passerelles qui bordent le visitor center sont à faire absolument : nous y apercevons de nombreux alligators, des poissons et des tortues.

Nous nous rendons ensuite à Gator Hook Trail. C'est un "wet trail" : les marquages sont situés en hauteur et le chemin se pratique traditionnellement en costume de pêcheur avec bottes et longs pantalons étanches à bretelles. Quand il n'est pas trop inondé. Nous sommes en sandales et bermudas. Nous n'allons donc pas très loin, malgré le désir de continuer des enfants : ce ne serait ni prudent, ni raisonnable.

Nous poussons ensuite jusqu'à Kirby Storter, pour une randonnée sur passerelles que nous avons adorée.

Nous repartons donc en sens inverse jusqu'à Shark Valley Visitor Center, situé dans les Everglades.
Il y a beaucoup de monde, le parking est complet. Heureusement, nous sommes bien en avance et pouvons nous permettre de nous garer plus loin. La marche le long de la route jusqu'à l'entrée nous offre déjà de nombreuses et intéressantes vues sur la faune animalière.

Nous enchaînons le Bobcat Boardwalk Trail, puis le West Tram Trail jusqu'au Otter Cave Trail. En sortant de celui-ci pour rejoindre le West Tram Trail, Tristan découvre un nid de bébés alligators. Ils sont trop mignons, mais nous ne nous approchons pas, car la mère pourrait bien rôder non loin. Nous retournons au Visitor Center pour prendre notre tram.

Le tour guidé en tram est vraiment exceptionnel : le guide est passionnant, nous explique la géologie du parc, la géothermie des alligators qui sont bien plus visibles en hiver. Car en tant qu'animaux à sang froid, ils ont besoin de davantage de bains de soleil. Et ils bronzent donc en hiver. L'été, avec les fortes chaleurs, ils profitent des pluies plus abondantes pour rester en profondeur et se rafraîchir. Les Everglades ont donc le climat idéal.

Après une bonne pause à la tour d'observation, nous reprenons le tram pour le trajet du retour, tandis que le soleil se couche. Encore une belle journée qui s'achève.

Jour 10 Naples et Everglades - épisode 3 : en bateau

Sur le conseil de notre hôte, nous passons la matinée à Naples Pier.
La plage est belle et les pélicans pêchent : les piqués et les envolées s'enchaînent.

Après le repas, nous nous apprêtons à partir, lorsque Marie-Laure découvre un smartphone abandonné dans les toilettes de la plage. Après avoir réussi à le restituer à son propriétaire, nous prenons la route pour Everglades City.
Comme nous sommes en avance pour notre tour en bateau, nous explorons la marina.

Je ne vais pas raconter le tour en bateau, je vais laisser les images parler. Nous avons passé un moment fabuleux, avec un guide hyper sympa.

Jour 11 Everglades - épisode 4 : en kayak

Et nous avons gardé le meilleur pour la fin : la visite des Everglades en kayak.

Ce fut absolument fantastique.

Si nous devons revnir un jour, c'est en kayak que nous voulons explorer davantage les Everglades. Il existe un "trail canoé" d'une quinzaine de jours qui va de camping en camping au travers des 10 000 îles des Everglades. Un rêve démesuré et fabuleux. Un projet. Un fantasme.

Jour 12 Retour

14h30 de route. 996 Miles. Un seul virage. Avion recommandé.

Ecrit par : Hazur
Coucou, c'est nous, les cookies !

Nous et nos partenaires stockons et utilisons des informations non sensibles sur votre appareil avec des cookies pour les finalités suivantes : l’amélioration de votre expérience utilisateur, la mesure d’audience du site, la promotion de nos contenus et l'affichage de publicités.

Ces cookies nécessitent votre consentement. Vous pouvez changer d'avis ou retirer votre consentement à tout moment via le lien "Cookies" en bas de page. Vos choix s'appliqueront sur ce site pendant 3 mois et nous ne vous solliciterons plus d'ici là.