Navigation

> > > Bibliographie Amérindienne (page 5)

Bibliographie Amérindienne (page 5)

> > > Bibliographie Amérindienne (page 5)

Depuis plus de 15 ans, Arizona Dream est un site totalement indépendant. L'ensemble des contenus est accessible gratuitement !
La publicité permet à Arizona Dream de payer les frais d'hébergement du site.

Si vous aimez nos guides et nos articles, vous pouvez nous soutenir en désactivant votre bloqueur de pub ou en nous mettant en liste blanche ! Merci !

L’œil du Loup Noir

L’œil du Loup Noir Encore aujourd’hui, le Créateur donne à chacun de ses enfants un sentier à suivre, un territoire à explorer et la possibilité de rencontrer son frère en cheminant.
Il est donné à tous la chance de voir plus loin, de façon plus large et ceci afin de mieux le comprendre, l’accompagner et l’aimer.L’histoire racontée dans ce roman chemine dans les Quatre Directions : C’est le rêve, l’imagination, la réalité et la vérité à travers lesquels Sylvie a su montrer que l’amour inconditionnel existe dans toute sa puissance. Elle nous décrit la naissance d’un homme de la façon dont la Terre Mère met au monde un bouton de rose au printemps. Sans oublier les couleurs, les sons et les odeurs.
A travers les mots, la dimension féminine mise à l’intérieur de la vie d’un guerrier, de sa naissance jusqu’à sa mort, nous guide vers des émotions et des sentiments qui nous semblent être une révélation venant de la bouche d’un homme.
Le courage, la force et la patience de cet enfant qui grandit sous le plume de Sylvie nous montre un chemin qui se dirige vers la sagesse, comme si elle regardait la vie à travers le troisième œil qu’elle a su lui donner.
La Terre est meilleure parce que l’Œil du Loup Noir a vécu.
Vieux Buck

Elle s'exprime d'une voix douce et calme, et certains pourraient croire que cette jeune mère de 5 enfants mariée à un hollandais est timide !
Détrompez-vous, car lorsqu'il s'agit de parler des Indiens d'Amérique, Sylvie se laisse aller à ses convictions.
Sans avoir jamais foulé leur terre, la jeune femme décide de se documenter sans relâche pour que la dignité des amérindiens soit respectée. Une dignité bafouée par des hommes qui les privent des libertés les plus élémentaires.

C'est après des années de lecture sur la culture Indienne et plus particulièrement Sioux, que Sylvie décide d’écrire ce roman et de prendre calmement position pour les Amérindiens. Une cause à la mesure de ses ambitions.
Claire David-Tartane

Le roman de Sylvie Wolfs ressemble à un hurlement de loup dans la nuit, un cri du cœur et de l'esprit qui vous emporte. Une belle mélopée sauvage qui nous guide à l'intérieur d'un monde à part où les hommes conservent les rudiments d'une ancienne philosophie de l'adaptation de l'homme à la nature que nous avons malheureusement abandonnée.
Ces hommes, ces indiens qui nous appellent : "les gens qui changent la nature" portent sur les territoires où ils vivent et sur tout ce qui en fait partie : animaux, plantes, odeurs, couleurs, un regard empreint d'une grande confiance et d'un profond respect dus à la façon dont ils vivent. Une vie en intelligence avec ce qui les entoure, conscient de leur place et de leur rôle dans cette nature ou ils sont les seuls à posséder ce que l'homme blanc utilise si mal : l'intelligence.
Notre civilisation a coupé ses racines avec la terre qu'elle a rendue malade. Bientôt, à n'en pas douter, des mécanismes régulateurs se mettront en place, sans l'homme et probablement contre lui, à moins que l'homme blanc d'ici là et très vite sache passer du siècle des vanités à celui de l'humilité.

Ce roman nous aide à comprendre ceux qui savent encore vivre en harmonie. Il nous emporte et nous fait du bien car il nous dit qu'il est encore possible de renouer avec cette philosophie.

Les amérindiens disent que "nous n'héritons pas de la terre de nos parents mais que nous l'empruntons à nos enfants", quelle belle leçon de sagesse.
Cette phrase pourrait être citée en exergue dans ce roman plein de vie, de vent, et qui porte en lui toute la profonde vérité d'une race d'homme qu'il nous faut réapprendre car ils portent en eux ce qui nous fait si cruellement défaut : L'éthique de l'échange en toute chose.
Nicolas Vanier
"L'oeil du loup noir " Tome 1; aux éditions Sekhmet (sortie prévue courant 2005.). Récit illustré, 310 pages dont 12 illustrations originales. Format livre 15/23.
Auteur : Sylvie Wolfs-Mignonac. IIlustrateur : Bertrand Loupiac
Préfaces de Vieux Buck (po

La chute de Géronimo

La chute de Géronimo Aux alentours de 1930, l'anthropologue Morris Opler demande à Samuel Kenoi, un Apache Chiricahua d'une soixantaine d'années, de lui raconter la dernière reddition du légendaire Géronimo, le 4 septembre 1886. Mais Samuel Kenoi, enfant à cette époque, loin de reprendre à son compte l'" épopée de Géronimo ", se livre à une attaque rageuse et amère contre le fier guerrier, l'accusant d'être responsable de la déportation par les Blancs - traîtres comme toujours - de tous les Chiricahuas, hommes, femmes et enfants, comme prisonniers de guerre en Floride et en Oklahoma, partis pour un exil de plus de vingt-cinq ans. Le récit vif, ramassé et poignant, mâtiné d'un humour cabotin, des souvenirs de cet homme, fait remonter en surface une parole pour ainsi dire jamais entendue, une voix qui perce après - et malgré - la dévastation. Si l'on connaît les discours de fameux chefs indiens parlant au nom des leurs - dont Géronimo dans ses célèbres Mémoires -, ici surgit le propos singulier d'un homme sans auréole. La réalité y reprend ses droits, pénible, complexe et embrouillée, mais Kenoi parvient ainsi à détourner les regards fascinés par les brillantes icônes et force, pour le moins, à la réflexion.
Editeur : Anacharsis de Samuel E. Kenoi (Auteur), Morris Opler (Auteur), Frédéric Cotton (Traduction)
ACHETER SUR AMAZON

La religion des Sioux Oglala

La religion des Sioux Oglala Comme le dit l'auteur, ce livre présente la religion des Oglala et leur mythologie comme les modèles fondateurs de leur organisation sociale et tribale.
La population oglala se désigne sous le vocable d'Oceti Sakowin que l'on traduit par les Sept Feux du Conseil. Powers démontre à partir de cette appellation commune à beaucoup de bandes sioux que les oglala contemporains s'accordent avec les données de la mythologie. A l'inverse de la plupart des ethnologues qui posent comme acquise l'acculturation des Indiens, l'auteur recherche dans les structures sociales les éléments qui rappellent la culture traditionnelle. Si, sur les plans économique et technologique l'attraction du monde blanc est indéniable, on sera en revanche surpris de constater que l'indianité lakota perdure à travers les cérémonies, la vie de tous les jours, qu'elle a investi les institutions politiques de la réserve et l'église imposée par les Blancs. C'est aussi un bilan sur la misère sociale qui accable les Sioux.
WILLIAM K. POWERS. Editions du Rocher . Collection ''Nuage rouge''. 1994. 297 pages. 22x14. Broché. Traduit par Marie-Alix de Solage. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Préface de l'auteur à l'édition française. Huit photographies en noi
ACHETER SUR AMAZON

Lakota Woman

Lakota Woman Journal le Monde, Le 08 Mai 1992 :DOSSIER ETATS UNIS : RACINES CRISE ET DECLIN
Cauchemar indien
Avril 91. Missoula (Montana). Le salon de Jim Welsh, bibliothèque en bois ciré, canapé à fleurs et meubles cosy, ressemble à un intérieur bourgeois d'une douillette banlieue londonienne. " Mes deux grands-pères étaient black feet et mes deux grands-mères irlandaises. C'est une manière particulièrement inconfortable de symboliser l'histoire de ce pays. " De fait, avec son maintien parfaitement british et son visage brun et lisse d'Amérindien, Jim Welsh est le portrait idéal de ce qu'aurait pu être l'Amérique si le racisme et la haine ne s'étaient pas embarqués en même temps que les premiers colons sur le Mayflower.
Né en 1940 sur la réserve de Browning (Montana), James Welsh appartient à la tribu des Black Feet, mais cette appartenance, qui fait rêver une bonne part des gamins du monde occidental, fut un véritable cauchemar pour ceux qui durent la vivre au quotidien. Et c'est bien parce que l'histoire du peuple indien est douloureuse qu'Albin Michel a créé, avec l'excellent libraire Francis Geffard, la collection " Terre indienne ", qui se propose de publier, non pas des livres sur les Indiens, mais les oeuvres écrites par les Indiens eux-mêmes. Il faut saluer ce vrai travail d'éditeur et se souvenir d'une interview accordée par Tony Hillerman dans laquelle une libraire navajo parlait de son bonheur à lire les fictions du romancier blanc et de sa douleur à pénétrer dans l'univers des écrivains indiens : " Ce sont des artistes, disait-elle. Leurs livres sont magnifiques, c'est vraiment de nous qu'ils parlent, c'est la réalité. Mais ils nous laissent tristes, sans espoir... "

Publié en 1974, l'Hiver dans le sang est le premier roman de Jim Welsh, et il faudrait avoir l'optimisme chevillé au corps pour trouver la moindre trace d'espoir dans cette dérive d'un jeune Indien hanté par les souvenirs de son frère aîné, mort sous ses yeux à l'âge de quatorze ans, de son père découvert gelé à mort dans un fossé, et du passé glorieux des guerriers, qui chevauchaient jadis à travers l'immensité des prairies, quadrillées aujourd'hui d'un réseau de clôtures barbelées. De bar en bar, de femme en femme, il rôde dans un monde de désillusions et trimbale son cynisme comme, autrefois, ses ancêtres leurs peintures de guerre. Seul bonheur fugitif dans cette fresque impressionniste d'un irréversible déracinement, ces moments d'empathie avec le vide fascinant des grands espaces et ce lien puissant avec la terre et le monde animal qui, comme les visions des Danseurs du soleil possédés par le peyotl, dissipe les nuages du temps et, en lui révélant l'état du monde avant la malédiction, lui donne la force de continuer à être indien. Cet étrange roman se lit comme on rêve. Il ne raconte pas d'histoire, mais nous balade dans les errances d'un être à qui l'on a confisqué le droit d'avoir des histoires, et les anecdotes s'enchaînent jusqu'à dessiner une ligne de sens que l'on parcourt, comme on regarde dans le grand ciel du Montana le vent écrire avec les nuages.
Dans ce roman de l'irrémédiable, deux personnages conservent pourtant la force de vivre en symbiose tenace avec le passé ; des femmes, bien sûr, la mère et la grand-mère du narrateur. C'est à ces femmes indiennes que Mary Crow Dog dédie son récit, intitulé simplement Lakota Woman ou Ma vie de femme sioux : " Une nation n'est pas conquise tant que le coeur de ses femmes n'est pas à terre. Une fois que c'est fait, peu importent la bravoure de ses guerriers et la force de leurs armes. " De ce proverbe cheyenne, elle a fait le sens de sa vie, et, à lire son livre, on comprend qu'une armée de soudards dotée d'une puissance de feu redoutable ait eu tant de mal à réduire quelques poignées de cavaliers isolées dans un territoire immense.
Si la double origine de Jim Welsh lui a finalement permis d'accéder à l'université et d'échapper aux formes les plus quotidiennes du racisme, celle de Mary Crow Dog ne lui a rien épargné du rêve américain... côté cauchemar. La misère des réserves, l'alcool et la drogue à quatorze ans, le sadisme des bonnes soeurs dans ces institutions catholiques où les jeunes Indiens étaient envoyés de force, histoire d'extirper d'eux toute trace d'une indianité vue comme une manifestation du démon, les parties de chasse à l'Indien organisées par les petits Blancs sous l'oeil bienveillant des shérifs, la vie de Mary Crow Dog, bien au-delà des fictions qui ont tenté de rendre compte du même sujet, est un impitoyable coup de projecteur sur un génocide en marche que la conscience universelle s'acharne à ignorer.
Son salut, Mary l'a trouvé en rejoignant les révolutionnaires de l'AIM (American Indian Movement), en participant au siège de Wounded Knee, où une petite bande de guerriers enfin réunifiés occupèrent, pendant soixante-quatre jours et face à une armée de marshalls, de fédéraux et de red necks en furie, un des hauts lieux de la tragique histoire des Sioux. Elle l'a trouvé en s'unissant à Leonard Crow Dog, dernier descendant d'un illustre camp sioux et grand prêtre du culte du peyotl, qui, longtemps interdit, est la forme la plus radicale du renouveau de la civilisation indienne. Elle l'a retrouvé en s'engageant dans le dernier combat d'une nation très ancienne, dont le nom de chaque tribu évoque à la fois magie, courage et fierté. Il faut lire absolument ce livre bouleversant. Il faut en faire un immense best-seller. Et que ce soit notre manière à nous de dire à tous ces gardiens d'un ordre du monde magique qu'on ne les oublie pas, qu'on ne les oubliera jamais.

RAYNAL PATRICK
Mary Crow Dog. Chez Albin michel
ACHETER SUR AMAZON

Le cercle des nations. Voix et visions des indiens d'amérique

Le cercle des nations. Voix et visions des indiens d'amérique Les éditeurs de "Wisdomkeepers", les Gardiens de la sagesse, ont initié cet album : recueil de photographies et de textes d'artistes indiens qui proposent leur vision de la vie indienne contemporaine. Qu'ils soient photographe, écrivains, tous les Natifs parlent ici leur propre langue et créent leurs prores images. "Ce sont des texte et des photographies personnels", écrit Michael Dorris dans l'introduction. "Résonnant de la tension du témoignage individuel, ils transcrivent, comme de puissante empreintes digitales artistiques, ce que voient et entendent leurs créateurs."

Le Cercle des Nations, en abordant les problèmes complexes qui touchent la famille, la communauté indienne, la foi et la permanence du Peuple, remet en question l'idée selon laquelle les cultures natives font partie du passé, comme si les seuls "vrais" Indiens étaient les Indiens traditionnels. Ces textes et ces photos sont la preuve que la tradition vit aussi dans le présent, qu'elle évolue au fur et à mesure des changements qui s'opèrent dans les conditions d'éxistence.

De nombreux écrivains et photographes indiens ont participé à cet ouvrage dont Leslie Marmon Silko, Paula Gunn Allen, Nancy Ackerman, Charles Agel et Kenny Blackbird.
Editions du rocher Collection nuage rouge. Préface d'Yves Berger.
ACHETER SUR AMAZON

Le cercle sacré

Le cercle sacré Fils de Tahca Ustte, l'auteur du célèbre De mémoire indienne, Archie Fire Lame Deer a collaboré avec Richard Erdoes pour écrire ce livre qu'ils présentent comme le prolongement des mémoires de leur père et ami.

Le cercle sacré est le récit passionnant de la vie d'Archie, depuis son enfancesur la réserve de Rosebud, Dakota du Sud, jusqu'à nos jours où, afin de faire connaître la spiritualité et la culture de son peuple, il donne des conférences dans le monde entier-rencontrant notamment le pape et le dalaî-Lama. Tour à tour militaire en Corée, figurant et cascadeur à Hollywood, il fut également cow-boy et chasseur de serpents à sonnettes. mais cette existence, parfoisdifficile, qui l'amènera à réevaluer les valeurs et la philosophie de son peuple, se transformera en une quête initiatique dominée par l'extaordinaire figure de son père. Engagé sur la voie de la tradition et de la spiritualité, Archie deviendra homme médecine.

Ce livre, qui dévoile le sens des cérémonie sacrées du peuple Sioux et décrit avec précision la cosmologie des Lakotas, nous fait partager les interrogations, la quête spirituelle de cet homme d'exception, imprégné de sa religion et de sa tradition, mais dont la réflexion s'ouvre à l'humanité toute entière. le cercle sacré prend ainsi les dimensions de notre planète.
Chez Albin michel de Archie Fire Lame Deer
ACHETER SUR AMAZON

Le livre des Indiens Navajos

Le livre des Indiens Navajos Pour la première fois en langue française, un - le - grand texte religieux sur la mythologie Navajo.
Issu d'une tradition orale séculaire, le Diné-Bahané est le discours des origines ou l'histoire du vraie du peuple navajo. Au commencement, le futur peuple du Dinétha vit dans des univers souterrains sous l'aspect d'animaux divers, notamment d'insectes. Par métamorphoses successives dans cinq mondes différents, les Navajos se rapprochent de la configuration humaine pour aboutir à l'Emergence finale. L'ouvrage contient des enseignements profonds sur les notions de morale et d'harmonie des Diné. Ce texte sacré, aux confins de la poésie et du fantastique, nous permet de découvrir une autre Amérique que celle de 1492, parcellaire et orientée. Grâce à la transcription de l'auteur, l'avènement de l'Homme selon les Navajos nous est ici restitué.
PAUL G. ZOLBROD. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1992. 508 pages. 23x14. Broché. Traduit par Philippe Sabathé. Remerciements. Guide élémentaire de prononciation des mots navajos. Introduction de l'auteur. Notes. Glossaire des mots navajos
ACHETER SUR AMAZON

On en parle sur le forum
Expo la situation des amérindiens lyon janvier 2018
Prénoms Amérindiens
James robideau, mémoire du peuple amérindien des usa
Liste des tribus amérindienne
Pour les amérindiens, le droit de vote reste une bataille
Sauge amerindien
Vente aux enchères d'objets amérindiens
Tissage amérindien
Artisanat amérindien
Information erronée ou manquante sur la page tribus amérindiennes
L'homme de kennewick est un amérindien
Redskins les amerindiens gagnent une premiere bataille
Film the activist la cause amérindienne revisitée et ravivée
Un musée allemand refuse de restituer des scalps amérindiens
Klee benally, un amérindien contre le capitalisme
Photos amérindiens
Thanksgiving et lever de soleil amérindien à alcatraz
Les amérindiens se percoivent -ils comme un groupe commun
Boutique artisanat amérindien
Boutique artisanat amérindien
Voir tous les messages - Accéder au forum Usa
Top