Guide de voyage Ouest américain > Amérindiens > Articles Amérindiens > Bibliographie Amérindienne page 6

Bibliographie Amérindienne page 6

Bibliographie Amérindienne (page  6)

Le renouveau Indien aux Etats Unis

Le renouveau Indien aux Etats Unis

L'ouvrage analyse l'évolution de la situation des Indiens des Etats-Unis au cours de ces vingt-cinq dernières années, en replaçant les événements marquants du mouvement indien dans leur contexte institutionnel et historique global.

En faisant revivre les grands moments de l'histoire indienne contemporaine il s'attache à discerner et à respecter la diversité des voix et des opinions qui se sont faites entendre au cours de ce dernier quart de siècle et présente la montée du «pouvoir rouge» et l'action des Indiens sur la scène internationale, tout en faisant une large part aux éléments de renouveau social et culturel.

En donnant la parole aux Indiens eux-mêmes, ainsi qu'aux spécialistes des affaires indiennes dans le cadre de «témoignages», il ajoute à l'analyse historique la «prise en direct» des regards multiples portés par les leaders, les artistes, les écrivains et les juristes qui jouent un rôle déterminant dans l'évolution de la condition indienne.

Joëlle Rostkowski, qui travaille pour les Nations Unies depuis 1976, fait des recherches sur la question des minorités culturelles et des droits de l'homme depuis ses études à la Sorbonne et à l'Université de Cornell. En 1979, à l'issue d'un séjour en Iran et de plusieurs voyages d'étude, elle publie, avec Monique Ciprut, aux Editions Maisonneuve, un ouvrage intitulé: Les Turkmen, hommes du vent ou l'Iran des steppes.
En 1981, elle obtient son doctorat 3ème cycle consacré au thème du Renou­veau de la Conscience indienne aux Etats-Unis. Cet ouvrage est librement inspiré de cette thèse, dont il élargit la portée, notamment en analysant les éléments spirituels du Renouveau in­dien et l'action des Indiens sur la scène internationale.
Joëlle Rost­kowski a collaboré avec le Musée de l'Homme de Petris et le Musée d'Ethnographie de Genève, en parti­culier en 1982, dans le cadre de l'exposition: Affiches indiennes d'Amérique du Nord.

Chez L'Harmattan de Joelle Rostkowski

Le sixième grand père

Le sixième grand père

Le Sixième Grand-Père, est le livre définitif, complet qui rend compte de la totalité du récit de Black Elk - ouvrage issu du best seller mondial américain Black Elk Speaks, William Morrow 1932 -, de sa Grande Vision.
Précédée d'une préface de J.M.G. Le Clézio et de l'introduction du grand chercheur américain Raymond J. DeMallie, cette publication est le point d'orgue des différentes éditions américaines et françaises du livre de Black Elk et de John Neihardt. La première traduction française date de 1969 et fit connaître l'œuvre au public sous le titre de Hehaka Sapa (Elan Noir) (Black Elk Speaks) « La Grande Vision. Histoire d'un prophète sioux telle qu'elle a été contée à John Neihardt », Villain et Belhomme, Editions Traditionnelles. Très vite épuisée, devenue rarissime, elle fut réimprimée chez Stock en 1977, avec les mêmes appellations d'auteur, sous le titre de Elan Noir parle. Mémoires d'un Sioux ou la vie d'un Saint Homme des Sioux oglalas. A son tour indisponible, pendant presque huit ans, l'ouvrage ne fut rendu à la connaissance du public qu'en 1987 grâce aux Editions Le Mail qui le publia sous le même titre. Depuis cette date c'est, en langue française, l'édition et Le livre de référence sur la tradition lakota. A la lecture du présent ouvrage, et notamment dans la préface de J.M.G. Le Clézio et les commentaires de Raymond J. DeMallie, on comprend vite que la publication au Mail doit être lue (ou relue) car on y mesure l'importance capitale qu'elle revêt ainsi que la place prédominante qu'elle occupe dans l'histoire des livres sur, ou par, les Indiens, dans le monde comme dans l'édition française.
En parallèle, et DeMallie y fait souvent allusion, il est assez difficile, pour ne pas dire incompréhensible, d'ignorer, de passer à côté du livre d'Hehaka Sapa et de Joseph Epes Brown - qui, auprès du Saint Homme reprit le flambeau après Neihardt - intitulé The Sacred Pipe et traduit en français chez Payot en 1953 (avec la photographie de Red Cloud en couverture) sous le titre de Les Rites secrets des Indiens Sioux. Epuisé rapidement, ce livre, après une brève existence en Petite Bibliothèque Payot sous le n°263 en 1975, sera réimprimé aux Editions Le Mail en 1987 en même temps que le livre de John Neihardt qu'il est fortement conseillé, pour un meilleur suivi, de lire avant celui d'Epes Brown.

J. DeMALLIE. Traduit de l'anglais (américain) par Philippe Sabathé.Préface de J.M.G. LE CLEZIO

Légendes Apaches

Légendes Apaches

Ces légendes apaches sont des histoires qui à l'origine étaient chantées par le grand-père de l'auteur.
Elles ont pour thème principal tout ce qui se rattache à la création du monde chez les White Mountains et les Jicarillas, tribus apaches de l'Arizona et du nord-est du Nouveau-Mexique. Importantes dans la vision du monde des Apaches, les histoires rapportées dans ce recueil expliquent comment les animaux se sont manifestés pour la première fois sous la forme d'esprits tutélaires puis sous la forme physique, et comment leur raison et leur façon d'être a influé sur l'organisation sociale et religieuses de ces. Elles témoignent aussi de la vitalité, aujourd'hui, des valeurs traditionnelles chez les Apaches.

LOU CUEVAS. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1997. 184 pages. 22x14. Broché. Traduit par Sandrine Van Cleeve. Peinture de couverture de Claude Dordis. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Introduction de l'auteur. Dessins au

Les Cheyenne (Edward S. Curtis)

Les Cheyenne (Edward S. Curtis)

C'est un Français, Robert Cavelier de La Salle, qui fit pour la première fois référence aux Cheyennes, en 1660. Installés dans les grandes plaines du Dakota du Sud, ils en furent chassés par les Sioux, leurs grands ennemis, puis par l'armée et les colons américains. Les Cheyennes commencèrent dès lors à résister les armes à la main. En 1865, ils brûlèrent le fort et la ville de Sedgwick, au Colorado. En 1876, alliés aux Sioux, ils écrasèrent l'armée de Custer à Little Big Horn. Vingt ans plus tard, l'ethnologue et photographe de génie Edward S. Curtis rencontrait les derniers Cheyennes survivants : moins de 3000 adultes et enfants. Ce livre, tiré de l’œuvre encyclopédique de Curtis Les Indiens d'Amérique du Nord, présente par le texte et l'image l'histoire, les mythes et les coutumes de la plus noble des tribus indiennes. Un rendez-vous avec la grâce.

Editions : Hors Collection. Date de Parution : 1998

Les clowns sacrés

Les clowns sacrés

Un professeur d'atelier de l'école de thoreau a été mortellement frappé à la tête. c'est un meurtre extrêmement important selon les critères de la réserve.

Chee, récemment muté dans le service du lieutenant joe leaphorn, espere retrouver un écolier en cavale au pueblo de tano, le jour des cérémonies annuelles.

Après la danse des kachinas, c'est le moment des koshares, les clowns sacrés des habitants des pueblos. avec leur corps zébré de rayures noires et blanches, leur visage peinturluré de blanc, fendu d'un immense sourire, ils gesticulent en tous sens, provoquent de fausses bagarres avec force chutes et maladresses. mais ce qu'un des clowns fait ce jour-là fige le rire des spectateurs. on va le retrouver assassiné dans une ruelle adjacente...

Dans ce onzième roman navajo, tony hillerman reprend ses personnages fétiches là où il les avait laissés à la fin de coyote attend.

Rivages Noir N°244 de Tony Hillerman

Les fondateurs de l'amérique

Les fondateurs de l'amérique

Nous avons vécu sur cette terre depuis des milliers d'années avant le début des temps historiques. Si cette phrase d'un Indien pueblo résume la véritable histoire des Indiens d'Amérique, elle illustre aussi le long travail de recherches et la philosophie de Francis Jennings l’historien qui a le plus fait, et de la plus intelligente des façons, pour modifier notre vision habituelle des relations entre les indigènes américains et les envahisseurs européens. Dans cet ouvrage novateur, Jennings décrit, depuis l’époque précolombienne jusqu’à nos jours, l’histoire, la vie, le destin des premiers habitants du sous-continent nord-américain, peuples nomades arrivés d'Asie par ce qui est aujourd'hui le détroit de Behring. Pour lui, et il le démontre clairement, les Européens ne "découvrirent" pas les terres inexploitées de l'Amérique, mais les envahirent puis massacrèrent et soumirent des peuples plus avancés qu'eux dans l'urbanisation et l'art de l'agriculture, mais moins dans celui de la guerre. Ces peuplades colonisèrent toutes les terres et toutes les îles des deux Amériques ; cependant, les rendant propices à la survie de l'homme en les couvrant d'ingénieux réseaux de pistes, de voies commerciales et de différentes configurations urbaines, les Indiens, bien malgré eux, imaginèrent et créèrent, en corrélation avec les climats et les environnements correspondants, les infrastructures qui offrirent aux nouveaux venus toutes les facilités d’invasion et de conquête. Dans cette logique, l’auteur prend également en compte les structures tribales intrinsèques dont la nature excluait tout concept d’union et de stratégie de résistance ; les Européens n’avaient donc plus grand-chose à faire pour venir à bout des premiers occupants. Fréquemment, par le biais des relations commerciales qu'ils nouèrent avec eux, les Indiens furent des pions utilisés par les envahisseurs. Pour atteindre leurs objectifs, ces derniers fabriquaient des inter-frontières et, se servant des tribus, s’octroyaient des territoires pour leurs Couronnes respectives. De fait, quand le nouvel empire des Etats-Unis se constitua et s'étendit vers l'Ouest, le livre raconte comment les populations indiennes furent absorbées par la force et broyées par cette nouvelle entité politique. Sachant éviter le romantisme mensonger et les outrances du néocolonialisme militant, Jennings, en allant jusqu’aux mondes indiens d’aujourd’hui, fait prendre au débat une hauteur peu commune sans tenter de faire entrer les faits dans des moules préconçus.

Francis Jennings est directeur honoraire du Newberry Library Center for the History of the American Indian, dont il est également le directeur des maîtres de recherches. Doyen des historiens américains, il a publié de nombreux ouvrages et articles sur les Indiens d'Amérique qui font autorité de par le monde.

FRANCIS JENNINGS. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 2002. 522 pages. 24x15. Traduit par philippe Sabathé. Préface de l'auteur. Photographies et reproductions en noir et blanc. Une carte des réserves en début de volume.

Les gardiens de la sagesse

Les gardiens de la sagesse

Les Gardiens de la Sagesse, ce sont les Indiens, aujourd'hui. Les auteurs les ont rencontrés juste avant la fin du millénaire. A travers leur quête, des représentants de nombreuses tribus s'adressent à nous, au monde, pour délivrer un message de sagesse, d'harmonie et de responsabilité. Parmi eux, deux grands hommes-médecine qui ont marqué le siècle, les Sioux oglalas Frank Fools Crow et Noble Red Man Mathew King. Par leurs paroles, ils nous rappellent leur identité propre mais aussi la nôtre, que nous avons occultée en oubliant nos traditions, mettant à mal notre milieu naturel et faussant nos relations avec lui. Fragiles dépositaires d'un savoir, d'une connaissance, remontant à plusieurs millénaires, le message des Indiens est précieux quant à notre avenir. Ils ne préservent pas leurs connaissances : ils les vivent ! Ce livre atteste que les cultures indiennes d'aujourd'hui, loin d'être fossilisées, éteintes, désagrégées et en proie au désespoir, demeurent plus que jamais vivaces. Le monde indien, dans son expression la plus authentique, est loin d'être révolu. Tous, avec un verbe inspiré et superbe, s'inquiètent du devenir de l'homme : "Qu'avons-nous fait de notre monde en bafouant les lois naturelles, celles qui régissent les relations de l'homme à la nature et au sacré ? Notre tragédie sera aussi la vôtre. "

Dix-sept témoignages de sagesse d'Indiens d'aujourd'hui de différentes nations, dont parmi eux, deux grands hommes-médecine: les Sioux oglalas Frank Fools Crow et Noble Red Man Mathew King. Contrairement aux idées reçues, ces nations sont loin d'être rétrogrades, car au lieu de reléguer leurs connaissances aux oubliettes, elles les appliquent tous les jours pour vivre en harmonie avec la nature et autrui. Suivi d'une biographie de Noble Red Man Mathew King.

Editions du rocher Collection nuage rouge de Harvey Arden et Teve Wall.

** Tarifs à partir de. Les tarifs sont donnés à titre indicatif et sont susceptibles d'être modifiés. Ce sont les tarifs internet. Ils sont en euros.

On en parle sur le forum
Livre on nous appelait les sauvages
Livre
Nombreuses traductions anglais => lakota dans ce livre
Livre navajo
Livre navajo
Livre : antologie du chamanisme
Livre à me conseiller ?
Mes 3 livres
Salon du livre de colmar 24/25-11-2007 spécial amériques
Merveilleux livre
Le premier livre en français sur little bhig horn
La bataille de little big horn reconstituée en livre !
Doc livres
Voir tous les messages - Accéder au forum Usa
Coucou, c'est nous, les cookies !

Nous et nos partenaires stockons et utilisons des informations non sensibles sur votre appareil avec des cookies pour les finalités suivantes : l’amélioration de votre expérience utilisateur, la mesure d’audience du site, la promotion de nos contenus et l'affichage de publicités.

Ces cookies nécessitent votre consentement. Vous pouvez changer d'avis ou retirer votre consentement à tout moment via le lien "Cookies" en bas de page. Vos choix s'appliqueront sur ce site pendant 3 mois et nous ne vous solliciterons plus d'ici là.